IMG_3252.JPG

Le Camp des Milles est la 1 ère des 3 étapes organisées dans le cadre du Devoir de Mémoire.


La première découverte fut celle d' un des wagons destinés au transit des internés du Camp des Milles.
En lettres capitales, un panneau indique qu'il s' agit d' un "WAGON-SOUVENIR de la  DÉPORTATION  vers AUSCHWITZ via DRANCY de 2000 Hommes,  Femmes et Enfants Juifs en 1942".

Ce wagon était bien réel, aucun filtre n'était là pour susciter le doute. 

De l' extérieur, on entendait presque les enfants pleurer dans les bras de leurs mères.
L' inscription "Hommes, femmes et enfants" nous permit d'entretenir avec ce wagon inconnu une certaine intimité, car quelques décennies auparavant, des familles comme les nôtres sont parties vers une destination sans retour.

Le visage blême, nous partons vers le site - mémorial du Camp.
IMG_3286.JPG
Le Camps des Milles est le seul Camp d'internement, de déportation accessible et intact de France ; mais il est aussi, par ses nombreux dispositifs et installations, un moyen de lutter contre l' engrenage grandissant du racisme.

Pour éviter que l'histoire ne se répète, trois volets ont été construits :  un volet historique qui permet de connaître ce qu'ont vécu les déportés, un volet mémoriel axé sur l'histoire même du Camp, puis en prévention d'un génocide, un volet réflexif est proposé dans lequel les mécanismes racistes humains sont décomposés.

Tout au long de la visite, il semblait que le temps voulut nous faire ressentir ce que les déportés avaient vécu : dans le froid et sous un ciel menaçant, nous découvrîmes, devant nous, la grande bâtisse de briques rouges... 
Tout en marchant, nous devinions, derrière les vitres manquantes, les regards des détenus , tiraillés par la faim et la fatigue. 

Un guide nous permit l' accès au bâtiment dont la rénovation n' avait rien altéré aux conditions de vie des internés. 
Nous entrâmes, tout d' abord, dans une salle de projection où l'historique du camps nous fut brièvement exposé. 
Derrière cette salle, une autre, à la disposition ludique et pédagogique nous permit de suivre " la montée des périls". 



IMG_3282.JPGCette expression prit tout son sens grâce à l' inclinaison progressive du sol et aux poutres massives traçant le chemin vers la solution finale. 
La visite se poursuivit dans un mutisme de plus en plus marqué pendant que certains prenaient des clichés comme pour immortaliser ce sombre matin. 
Alors que le guide ne cessait de décrire les rebondissements de la guerre, nos regards furent attirés par un renfoncement où les oeuvres des internés étaient conservées. 


Une fois de plus, une proximité se créa entre les déportés et nous : une trace de leur passage était placardée sur les murs grisâtres de la salle.  
Emportés dans un tourbillon d'écrits, de peintures et de dessins, nous fûmes plongés dans la créativité résistante de ces hommes pour qui l'art fut la seule échappatoire. 
Un détail ne nous échappa pas : la présence des briques, dans chacune des reliques, inscrite comme une obsession infernale.
Une fois les hypothèses et les observations terminées, la visite continua. 

Nous voici devant une baie vitrée aux teintes sombres, d'où nous pouvions distinguer une table de fortune et quelques tablettes de bois. 
Tapis dans l' obscurité, le guide nous informa que nous nous trouvions devant la seule salle éclairée du camp, le seul endroit d'où les détenus pouvaient apercevoir la lueur du soleil.

Le guide ne perdait pas une seconde et semblait très à l' aise, connaissant le passé des murs par coeur. 

Un peu plus tard, il nous emmena à l' étage où se trouvaient de la poussière, de la paille, des poutres et des ouvertures irrégulières. "Ils dormaient ici" : cette phrase suffit pour que nous comprenions l' enfer que les détenus vivaient jour et nuit.Un peu plus loin, une fenêtre grande ouverte : seul endroit où les détenus pouvaient fuir leur terrible destin.
La visite se poursuivit jusqu'au dernier volet où un court métrage fut diffusé. 

Comment déceler les prémices du racisme? 
Quels ont été ceux des 3 grands génocides connus par l' humanité?
Quels sont les bons réflexes à avoir ? 

Toutes les réponse nécessaires furent apportées dans l' espoir d'un monde où les êtres cohabiteraient sans se préoccuper des différences culturelles.
Une fois sortis du site, nous nous sentîmes chargés, à notre tour, de transmettre ce qu'il s' était passé : être témoin c' est être acteur de l' histoire.
IMG_3248.JPG
Mélanie TUEL
Terminale L